Qualité des sols

Stratégie - Environnement

Préserver les services écosystémiques liés aux sols

Les sols fournissent au quotidien de nombreux services écosystémiques. Dans l’espace agricole, ils permettent la production de denrée alimentaires et stockent le carbone , tandis que les espaces verts urbains filtrent l’eau et la pollution et accueillent les plantes et les arbres qui rafraîchissent l’atmosphère. La capacité des sols à remplir ces fonctions dépend fortement de leur composition, de leur structure et des organismes qui l’habitent. Un sol sain est souvent le résultat d’un processus se déroulant sur plusieurs centaines, voire milliers d’années.

Pourtant nos usages soumettent les sols à une forte pression. L’urbanisation engendre souvent leur imperméabilisation et les mouvements de terres liés aux chantiers déstructurent les sols et impactent leur fonctionnement. L’intensification de l’agriculture entraîne pour sa part une perte de matière organique, un tassement des sols ou des risques d’érosion. Cette dégradation est souvent irréversible et doit être limitée au maximum.

Partant du constat que la gestion actuelle des sols n’est pas durable, le Conseil Fédéral a adopté le 8 mai 2020 sa stratégie nationale sur les sols qui prévoit notamment la prise en compte des fonctions du sol dans l’aménagement du territoire. Accompagnés par la fondation Sanu Durabilitas, les communes de la région morgienne et le Canton de Vaud ont lancé un projet pilote pour se doter des outils permettant d’atteindre cet objectif.

Indice de qualité des sols - Projet pilote

Le projet pilote “Indice de qualité des sols” vise à produire une carte indicative de qualité des sols. Cette carte (1:5’000 ou moins) permettra de déduire la capacité du sol à remplir différentes fonctions (régulation, habitat, production) sur l’ensemble du territoire. Construite sur la base des données disponibles, cette carte sera mise à jour de manière annuelle ou bi-annuelle et permettra un suivi de l’évolution du sol dans le temps. Elle pourra également servir de base de travail aux partenaires pour la mise en place d’une politique publique relative à la préservation de la qualité des sols. A terme, elle pourra être mise à disposition des architectes, urbanistes, constructeurs, agriculteurs et de tous les usagers du territoire pour leur permettre de mieux prendre en compte la qualité des sols dans le cadre de leur profession.

La réalisation d’une première version de cette carte a été confiée aux Hautes Ecoles. La Haute école du paysage, d’ingénierie et d’architecture de Genève (HEPIA) et la Haute école d’ingénierie et d’architecture de Fribourg (HEIA-FR) seront en charge du volet “expertise pédologique” tandis que la Haute École d’Ingénierie et de Gestion du Canton de Vaud (HEIG-VD) traitera des aspects relatifs à la géomatique et à la télédétection. Cette première phase a été officiellement lancée le 25 juin 2020. Les résultats sont attendus d’ici la fin de l’année.

La Ville de Morges ainsi que les communes d’Echandens et de Lonay participeront à la démarche au titre de communes pilotes. Elles seront mises à contribution pour évaluer la prise en compte des résultats dans les décisions relatives à l’aménagement du territoire. Au niveau cantonal, la démarche est soutenue par la Direction générale du territoire et du logement (DGTL) et par la Direction Générale de l’Environnement (DGE). La Direction générale de l’agriculture, de la viticulture et des affaires vétérinaires (DGAV) participe également aux réflexions.

La fondation Sanu Durabilitas accompagnera le projet et organisera des échanges d’expériences avec les démarches lancées dans d’autres régions de Suisse.

Documents
Date Titre Descriptifs / Auteurs
1 décembre 2017 Sanu Durabilitas - notes N°3 - L'indice de qualité des sols Fondation Sanu Durabilitas pdf